You are currently viewing Comment affûter sa hachette de sculpture / bushcraft ?

Comment affûter sa hachette de sculpture / bushcraft ?

  • Auteur/autrice de la publication :
  • Temps de lecture :22 min de lecture

Cet article contient des liens affiliés.

Quand j’ai commencé la sculpture, l’outil qui m’a tout de suite donné le plus envie de me mettre à sculpter était la hachette. Son look et son histoire lui confère une dimension mythique.

La manier est tout un art.

Mais l’affûter l’est tout autant.

D’autant qu’une hache bien affûtée est à la fois beaucoup plus efficace mais aussi beaucoup plus sûr à utiliser. Donc ne manquez pas cette étape essentielle de l’entretien régulier de votre hache.

On affûte sa hachette de sculpture / bushcraft en cherchant d’abord à bien former l’angle du tranchant au départ si cela n’a pas été fait par le fabricant. Puis on se sert d’un palet ou d’une pierre à double grain (grossier / fin) pour affûter plus en finesse le tranchant en tenant la tête de hache devant soi pour bien contrôler son geste.

Sommaire :

Dois-je affûter ma hache lorsque je l’achète ?

La plupart des hachettes de sculpture / bushcraft arriveront chez vous avec un très bon affûtage, voire un affûtage rasoir pour certaines marques. Donc vous n’aurez rien à faire au départ, si ce n’est aller trouver un morceau de bois et commencer à apprécier le tranchant de votre hache.

Certaines marques par contre, pour vendre des haches à prix réduit, ne s’occupent pas d’affûter le tranchant. Cela leur fait une opération d’usinage en moins donc des coûts en moins donc une hache qui peut se vendre à moins cher sur le marché. Ces haches sont parfois de très bonne qualité mais simplement le travail d’affûtage doit être effectué par vos soins.

Donc faîtes bien attention lors de l’achat de votre hache. Essayez de savoir à l’avance si le tranchant est déjà affûté ou si ce sera à vous de le faire. Car la différence est de taille, surtout pour un débutant qui n’y connaît forcément rien par définition au départ. Personnellement, je recommande toujours aux débutants de choisir une hache livrée parfaitement affûtée et donc des modèles qui ne sont pas forcément les moins chers.



A quel angle dois-je affûter ma hache ?

Une des premières choses à considérer pour l’affûtage de votre hache est l’angle donné à l’émouture (les biseaux en pointe qui forment le tranchant). Pour le travail du bois, un bon angle de pénétration pour une hache est généralement autour de 30°.

Pour une utilisation en petite sculpture avec des bois tendres (ustensiles, statuettes…), où les impacts sont moindres en terme de force et où l’on prend généralement soin de se défaire des noeuds les plus gros au préalable lors du fendage, on peut relativement sereinement choisir un angle plus fermé de 25° qui offrira une meilleure pénétration.

Pour de la pratique bushcraft plus polyvalente (petit abattage / ébranchage / fendage), ou si vous sculptez très souvent des bois assez durs voire très durs (type chêne, robinier, prunelier…) ma recommandation est de viser un angle plus ouvert entre 30° à 35° maximum. Cela vous assurera d’avoir un tranchant plus solide et paré pour toutes les rudes tâches que vous allez lui faire subir.

Une autre option de renforcement du tranchant est de créer un premier biseau large à 20°/25° environ, puis de renforcer le tranchant avec un biseau secondaire de quelques millimètres (3 ou 4 maximum) à un angle plus ouvert. Le tranchant est alors moins fin, plus « costaud » et risque moins les éclats lors d’impacts forts ou d’arrêts « buffet » sur des noeuds par exemple. On forme ce biseau secondaire à la pierre en quelques passages.

De mon point de vue, cette dernière méthode est surtout valable pour de l’abattage ou de l’ébranchage (donc en utilisation bushcraft). En utilisation sculpture, je trouve toujours préférable d’avoir une émouture à biseau plat c’est à dire sans biseau secondaire. Par expérience, je trouve que le tranchant accroche en effet toujours mieux la pièce lorsque le biseau est large et bien plat. Or la méthode du biseau secondaire construit justement un biseau convexe par nature.

Comment créer l’angle du tranchant de ma hache ?

Ok, une fois qu’on a défini la valeur de l’angle, reste à le former.

Pour faire simple, l’affûtage d’une hache se divise en deux grandes étapes :

  • 1 – Former le tranchant (ou émouture) à la meule ou à la lime.
    • C’est cette étape que je vais vous décrire en détails dans ce chapitre.
    • Vous n’avez pas à vous occuper de cette étape lorsque vous recevez une hache parfaitement affûtée bien évidemment car l’entreprise qui a forgée la tête de hache s’est chargée de former le tranchant pour vous et de l’affûter . Il s’agit généralement de haches à un prix supérieur à 60 euros. Halleluia ! Félicitez-vous d’avoir choisi une hache qui vous évite une étape assez fastidieuse quand on est débutant. Vous pourrez donc directement passer à l’étape suivante lorsque votre tranchant nécessite un réaffûttage après quelques temps d’utilisation.
    • Pour ceux qui achètent une hache pas affûtée du tout, cette étape est nécessaire mais rassurez-vous elle n’est faite qu’une fois au départ lorsque la hache demande à être reprise (émouture trop convexe, tranchant inexistant, usé par la rouille…) ou lors d’une reprise de gros éclats sur le tranchant.
    • C’est à cette étape que vous devez choisir l’angle général de l’émouture (25°? 30°? 35°?) selon votre type d’utilisation
  • 2 – Affûter à proprement parler le tranchant (à deux grains généralement).
    • Cette étape est celle que vous allez pratiquer souvent pour maintenir votre tranchant dans une bonne condition de coupe
    • Je vais vous décrire cette étape en détails au chapitre suivant

Matériel

Pour reprendre l’émouture d’une hache et ainsi former son tranchant en vue de l’affûtage proprement dit, il vous faut

  • soit un touret d’affûtage capable d’enlever beaucoup de matière assez rapidement,
    • Meule à eau type Tormek
    • Ou touret à sec type Sorby ProEdge
    • Pour les petits budgets, fouillez les meules d’établi sur Leboncoin pour les versions « autonome » à manivelle (aussi appelée « manuelle ») et à prix généralement ridiculement bas
  • soit une lime assez grossière pour les mêmes raisons

Reprendre l’émouture de la hachette à la meule

La reprise du tranchant à la meule à eau type Tormek par exemple est assez simple.

Il faut tout d’abord vérifier la hauteur de la barre de calage pour s’assurer que l’angle de reprise est bon. A vous de voir quel angle vous choisissez. Ensuite il suffit de placer le corps de la tête de hache sur cette barre et faire ensuite pivoter la courbe du tranchant le long de la meule de manière régulière pour obtenir l’émouture souhaitée. Une fois l’émouture établie d’un côté, vous faîtes de même de l’autre côté.

Pour une reprise à la meule « sèche », le principe est le même qu’à la meule à eau : il faut régler le calage au bon angle. La seule précaution supplémentaire est d’avoir un petit bac à eau à disposition pour pouvoir y tremper le tranchant de la lame tous les 10/15 secondes maximum pour éviter que l’acier ne chauffe trop. En effet si l’acier chauffe trop, il perd sa « trempe » c’est à dire sa dureté. Or un bon tranchant est un tranchant dont l’acier est assez dur pour tenir face aux différents travaux demandés à votre hache.

Une meule à manivelle d’occasion fait très bien l’affaire pour un prix très accessible : autour de 20€ sur Leboncoin.

Astuce : Pour trouver des meules à prix réduit, n’hésitez pas aussi à fouiller sur Leboncoin. Les meules manuelles d’établi notamment valent vraiment le coup. Elles sont généralement vendues à prix ridiculement bas et comme elles sont bien plus petites, moins lourdes et moins encombrantes que les grandes meules de ferme sur pied, les vendeurs acceptent généralement la livraison. Léger inconvénient : il vous faudra soit tenir votre hache d’une main tandis que vous tourner la manivelle de l’autre, soit avoir quelqu’un avec vous qui accepte de tourner la manivelle pendant que vous reprenez l’émouture de votre hache. Mais pour une meule à 20 euros bien souvent, l’inconvénient est bien minime.

Reprendre l’émouture de la hachette à la lime

On peut très bien reprendre l’émouture de certaines haches à la main lorsqu’on est muni d’une bonne lime qui enlève beaucoup de matière. Les limes « bâtardes », enlevant le maximum de matière, sont parfaites pour cela. De fait, je trouve qu’il s’agit là de la méthode la plus simple, la moins encombrante et de loin la plus économique. Elle a en plus l’avantage d’être simple d’application et diablement efficace quand on choisit les bonnes limes. De fait elle permet étonnament de former une émouture en à peu près autant de temps que ne le fait une meule.

Pour former le tranchant de votre hachette à la lime, il va d’abord vous falloir caler votre tête de hache sur le rebord d’un établi (ou d’un meuble bien lourd ou placé contre un mur pour éviter au maximum qu’il ne bouge pendant l’opération). Le mieux pour cela est de coincer solidement votre hache à l’aide d’un serre-joint ou d’un valet sur le bord de l’établi, tranchant vers vous (voir photo).

Une fois la tête de hache bien tenue, vous prenez votre lime et vous la faîtes remonter le tranchant en pressant la lime contre le métal.

On n’utilise la lime qu’en « remontant » le tranchant, jamais pour revenir au départ de son geste, sous peine d’abîmer la lime. Lors du retour, il suffit de lever la lime légèrement et de revenir à la position initiale en reposant la lime sur le tranchant pour réarmer son geste.

Attention, une lime ne s’utilise que dans un sens ! Vous devez « remonter » le métal de la hache avec la lime mais jamais revenir en sens inverse en touchant le métal. Il vous faut alors enlever la lime du métal et revenir au point de départ « par les airs ». Vous placez alors à nouveau votre lime sur le tranchant et vous refaites un passage. Et ainsi de suite jusqu’à obtenir une émouture relativement large.

Vérifiez régulièrement l’angle que vous donnez avec la lime pour obtenir une émouture uniforme et au bon angle. Cette vérification peut être faite à l’aide d’un petit médaillon spécial où se trouve de multiples encoches pour les différents angles d’affûtage mais si vous n’en avez pas, vous pouvez vous en fabriquer un en quelques minutes à l’aide d’un morceau de carton, d’un rapporteur d’angle, d’un crayon et d’une paire de ciseau.

Lors de la formation de l’émouture à la lime, vérifiez bien qu’un morfil apparaît sur le côté opposé au niveau du tranchant. Car pour que votre opération soit efficace, il vous faudra bien refaire un fil tout le long du tranchant. Le morfil est là entre autres pour vous indiquer que vous faîtes bien votre travail. Pour la reprise de l’émouture d’une hache, le morfil est souvent assez important, simplement car la quantité de métal à enlever est elle aussi assez importante.

Procédez ainsi sur la première face du tranchant et quand vous l’avez formée, faîtes de même pour l’autre face. Vous pourrez alors passer à l’étape suivante : l’affûtage du tranchant proprement dit.

Attention toutefois, certaines haches ne peuvent pas être reprises à la lime car l’acier du tranchant a été « trempé » à une valeur de dureté trop importante pour une lime. Pour ces haches, il vous faudra reprendre l’émouture à l’aide d’une pierre à diamant à grain grossier ou mieux au touret d’affûtage.

Comment affûter sa hache au quotidien ?

Matériel

  • Un palet d’affûtage :
  • Ou du papier abrasif : un 240 environ pour le gros grain et un 1200 environ pour le grain fin couplés avec une petite planchette en bois, en contreplaqué, en mdf ou en mélaminé.
  • Ou une pierre de poche : La pierre DC3 de chez Fällkniven est à la fois ultra-légère, redoutable d’efficacité et munie de son propre étui en cuir pouvant servir à l’émorfilage.

Méthode au palet d’affûtage (ou à la pierre de poche)

Le palet d’affûtage est devenu un classique de l’entretien du tranchant d’une hache. Par la facilité de sa préhension, sa compacité et sa forme ronde qui se marie bien au type de mouvement d’affûtage utilisé pour affûter une hache, le palet a vite conquis les spécialistes comme les amateurs de haches bien entretenues.

Si vous ne possédez pas déjà de matériel d’affûtage et que vous souhaitez bichonner votre hache avec un matériel dédié, c’est la méthode qu’il vous faut.

Le palet d’affûtage a l’avantage d’être composé de deux grains en une seule pierre : un grain grossier et un grain plus fin.

Le palet est un classique de l’affûtage de hache et autres outils de jardin. Avec ces deux grains incorporé dans une même pierre peu encombrante, c’est la pierre d’affûtage idéale pour une hache.

Pour bien affûter sa hache, l’idéal est de tenir la tête de hache dans la main gauche (si vous êtes droitier) face à vous. Vous prenez alors le palet d’affûtage dans la main droite en commençant par le grain grossier. Vous posez le palet sur le tranchant en lui donnant le bon angle d’affûtage et vous faîtes une série de mouvements circulaires tout le long du tranchant pour enlever du métal.

Procéder ainsi pour deux ou trois passages puis passez sur l’autre côté du tranchant en faisant de même deux ou trois passages au bon angle.

Le nombre de passages est déterminé par la qualité initiale du tranchant. Si votre tranchant était très émoussé, vous devrez faire plus de passages. Si votre tranchant a subi quelques éclats, vous devriez lui passer un coup de lime d’abord avant de prendre votre palet. A vous de juger la quantité de travail de reprise au moment de l’affûtage. Cela veut aussi dire que plus vous prenez l’habitude d’affûter votre hachette régulièrement, moins cela vous prendra de temps car vous n’aurez qu’une fine partie de métal à enlever à chaque fois.

Procédez de la même manière pour la pierre de poche en étant encore plus prudent à ne pas vous couper les doigts le long du tranchant, la pierre étant très petite. Mais en version bushcraft / expédition, la DC3 n’a pas son pareil pour être efficace pour un poids absolument minimal.

Méthode au papier abrasif

Au papier abrasif (collé sur une planchette), de la même manière qu’avec une lime, on n’affûte le tranchant que dans un sens : vers l’extérieur du tranchant. Pour revenir au départ du geste, on ne doit plus être en contact avec le tranchant sous peine de déchirer le papier sur celui-ci.

Le papier abrasif est parfois intéressant au départ car il est très peu cher à court terme. C’est moins le cas sur du long terme car il faut en racheter relativement régulièrement, ce qui n’est pas le cas pour un palet par exemple car celui-ci pourra vous durer une vie entière.

Mais si, pour une raison ou une autre, vous choisissez ou avez déjà chez vous du papier abrasif, en le collant sur une petite planchette de bois vous pouvez affûter votre hachette avec. L’idéal dans ce cas est d’imiter le palet et de coller d’un côté de la planchette (de 10cm de large par 30cm de long par exemple) un papier à grain gros et de l’autre un papier à grain relativement fin, même si pour une hache il est inutile d’aller dans du très fin.

Vous affûtez alors avec la même méthode que pour le palet d’affûtage mais cette fois vous ne faîtes pas de mouvements circulaires car vous risqueriez de déchirer le papier lors des mouvements de retour. Vous devez juste aller dans un seul sens : depuis la tête de hache vers l’extérieur du tranchant. Le retour se fait alors « par les airs ».