You are currently viewing Comment sculpter un oiseau en bois ? Etapes et conseils

Comment sculpter un oiseau en bois ? Etapes et conseils

  • Auteur/autrice de la publication :
  • Temps de lecture :18 min de lecture

Warning: Trying to access array offset on value of type bool in /home/boistoil/public_html/wp-content/plugins/wp-word-count/public/class-wpwc-public.php on line 123

Cet article contient des liens affiliés.

Quand on aime la nature, les oiseaux en particulier, et qu’on est passionné de sculpture, pouvoir sculpter nos volatiles préférés est un petit bonheur en plus. Cela permet de s’attarder encore plus sur les détails de l’anatomie de l’oiseau et de son plumage.

Il existe une technique de sculpture simple et économe en outillage pour sculpter des oiseaux : la sculpture au couteau. C’est une de celle que je préfère pour sculpter de petites figurines animales « dans la main ».

Pour sculpter un oiseau en bois, il vous faut un petit carrelet de bois tendre, une scie et un couteau. Après avoir dessiné le volatile sur votre pièce de bois, vous pouvez dégrossir les volumes inutiles à la scie puis finir les détails de sculpture au couteau. Il ne vous reste plus alors qu’à peindre et/ou huiler votre sculpture pour l’exposer ensuite… ou l’offrir.

Je vous propose dans cet article de voir en détails toutes les étapes de cette technique de sculpture au couteau, simple et élégante. A vos lames !


YouTube player
Sculpture d’un merle en bois à l’aide d’outils à main

OUTILS / FOURNITURESBUDGETTEMPS DE FABRICATIONNIVEAU DE DIFFICULTÉ
OUTILS
– 1 scie égoïne
– 1 marteau
– 1 ciseau à bois
– 1 rabot à main
– 1 villebrequin et une chignole
– 1 équerre

– 1 mètre ruban
– Des mèches de perçage
– 1 crayon de menuisier


FOURNITURES
– 1 planche en bois massif
– Des morceaux de branches
ou des équerres d’étagère
– Des vis de faible diamètre

150€ environ








20 à 30€ maximum
de 3h à 7h selon votre niveau Débutant

1 – Réunir vos outils et votre bois

La sculpture au couteau d’un oiseau en bois ne nécessite qu’un nombre réduit d’outils et de fournitures : un couteau de sculpture, une scie, un carrelet de bois (ici de l’aulne), de la peinture et de l’huile.

Pour sculpter un oiseau en bois au couteau, il vous faut :

2 – Choisir votre oiseau et trouver la bonne image

Pour commencer bien sûr, il vous faut savoir quel oiseau vous souhaitez sculpter. Si vous n’avez pas d’idée précise au départ, feuilletez un guide ornithologique ou consultez les pages internet d’ornithologie. Cela vous donnera une meilleure idée du style d’oiseau que vous souhaitez sculpter.

Si c’est votre premier oiseau sculpté, choisissez un oiseau avec une forme simple qui « suit » bien le fil du bois. Un oiseau compact comme le rouge-gorge est plus facile à sculpter qu’un héron par exemple et risque moins de se fendre car le bois se tient alors d’un bloc.

Une fois votre choix fait (pour ma part j’ai choisi le martin pêcheur car j’aime particulièrement les oiseaux fuselés au bec de lance), essayez de trouver une image de profil. Les banques d’images des moteurs de recherche sont parfaits pour ça.



3 – Reporter l’image de l’oiseau sur votre morceau de bois

Lorsque vous placez votre dessin, pensez toujours à la posture du bec par rapport au fil du bois, surtout dans le cas des becs longs. Ici, le bec est en posture diagonale par rapport au fil du bois. Pas idéal mais réalisable si je reste vigilant et que je sculpte le bec en dernier.

Vous avez deux options pour reporter votre image de profil sur votre carrelet de bois :

  • La dessiner sur votre pièce de bois brute,
    • C’est la méthode que j’utilise généralement car je sais être mauvais dessinateur alors cela me force à m’entraîner à cette pratique.
  • L’imprimer à la bonne échelle et la coller sur votre pièce de bois
    • Dans ce cas, utilisez une colle repositionnable (personnellement j’utilise la colle UHU en spray et cela fonctionne bien)

4 – Dégrossir le profil de l’oiseau à la scie

Enlever le gros du volume de votre oiseau en bois à la scie vous économise beaucoup de travail au couteau qu’il vaut mieux réserver pour le travail des formes plus fines.

Pour vous économiser du travail au couteau, qu’il est préférable de réserver pour le détail des formes, l’idéal est de scier le maximum de volume inutile.

Utilisez une simple scie égoïne de charpente si vous en avez une ou procurez-vous une scie à chantourner si vous faîtes régulièrement des sculptures de figurines et/ou d’animaux.

5 – Dessiner la forme de face

Maintenant que vous avez dégrossi le profil, vous allez dessiner la forme de l’oiseau de face pour de nouveau procéder à un dégrossissage.

Le mieux pour conserver l’équilibre des formes est de placer d’abord une ligne centrale qui va vous aider à « sentir » la symétrie de votre dessin de part de d’autre de ce trait.

N’hésitez pas à retourner voir des images sur un moteur de recherche pour cette fois avoir des photos le plus de face possible pour dessiner de votre mieux la forme du volatile.

6 – Dégrossir la face de l’oiseau à la scie

Qui a remarqué que je ne respectais pas le titre ?… Oui vous pouvez dégrossir la forme de face à la scie bien sûr mais pour les accros de la hache comme moi, c’est aussi un plaisir de le faire avec cet outil merveilleusement efficace.

Ok, on s’y remet : après le profil, voici le dégrossissage de la forme de face. En quelques coups de scie supplémentaires, vous obtiendrez la forme globale de l’oiseau.



7 – Sculpter la forme définitive de l’oiseau au couteau

Maintenant que les volumes inutiles sont dégagés, vous pouvez saisir votre couteau de sculpture favori et commencer à façonner les détails des formes de l’oiseau.

Le plus important si vous êtes débutants dans le maniement du couteau et de la sculpture « dans la main », c’est de bien se familiariser avec les bons gestes. Ils vous permettront de travailler efficacement et surtout sans vous blesser.

Pour connaître l’étendue des gestes essentiels pour sculpter au couteau, je vous recommande vivement la lecture de mon article détaillé sur ce sujet : « Sculpter du bois au couteau : gestes de base et sécurité ». Je vous explique dans cet article chaque geste de manière détaillée pour que vous puissiez aborder l’activité en toute sérénité. Avec cela vous y trouverez aussi une petite check-list de sécurité pour savoir si vous êtes paré pour sculpter dans les meilleurs conditions. Une lecture à ne surtout pas manquer quand on débute !

Ici, de nouveau le geste de la pince mais dans une variante avec le pouce en butée derrière un élément de la sculpture. On peut alors forcer tout en étant assuré de ne pas blesser le pouce, à l’abri derrière un morceau de bois.

8 – Graver quelques détails au couteau

Pour graver des détails au couteau, ici les contours des ailes, le mieux est d’utiliser la prise du compas (à gauche sur la photo ci-dessus) où le pouce joue le rôle de la pointe et la pointe du couteau celui du crayon du compas. On fait pivoter doucement la pointe du couteau autour du pouce.
On peut aussi utiliser la prise du pousse-lame dans une variante (à droite sur la photo ci-dessus) où l’on pousse cette fois la pointe de la lame seulement et non la totalité de la lame contre le bois.

9 – Apporter les dernières finitions à votre sculpture : peinture et huilage

La peinture acrylique donne de belles teintes vives et sèche vite sur les sculptures en bois.

Lorsque vous êtes satisfait du niveau de finition de votre oiseau en bois sculpté, vous avez le choix entre le laisser tel quel, le huiler pour mieux le conserver dans le temps, ou le peindre pour lui donner de la couleur.

Personnellement, je trouve qu’il n’y a rien de tel qu’un peu de couleur pour mettre en valeur sa sculpture d’oiseau. Cela donne alors une toute nouvelle dimension à votre sculpture.

En matière de peinture, vous avez plusieurs options selon ce que vous préférez ou ce que vous avez déjà dans vos placards :

  • La peinture acrylique
    • Economique et sèche très vite. Peut craqueler parfois dans le temps.
  • La peinture à l’huile
    • Tient très bien sur le bois dans le temps. Même au lavage. Temps de séchage long
  • La peinture à la caséine
    • De belles teintes, souvent dans les pastels et ocres. Moins de choix de coloris.

Pour ma part, j’apprécie la peinture acrylique pour les figurines et les animaux sculptés car la peinture sèche quasi instantanément lorsqu’on applique la peinture. En rajoutant ensuite une huile siccative (huile de lin bouillie par exemple) si vous souhaitez que votre peinture tienne mieux dans le temps, vous aurez un beau rendu durable.